VRA
mikro_quer
URGENT +++ URGENT +++ LA VRA CHERCHE DES ANIMATEURS / MODERATEURS RADIO BENEVOLS. INTERESSEZ? CONTACTEZ NOUS A: vr-africa@vr-africa.com, webradio_vra@hotmail.com OU SUR SKYPE: webradio_mo +++ UNE CHANCE UNIQUE POUR VOUS D'ACCEDER A NOTRE RESEAU SOCIAL INCOMPARABLE AU MONDE +++
V
R
A
-
L
A
 
V
O
I
X
 
D
E
 
L
A
 
R
E
S
I
S
T
A
N
C
E
 
A
F
R
I
C
A
I
N
E
 
V
R
A
-
L
A
 
V
O
I
X
 
D
E
 
L
A
 
R
E
S
I
S
T
A
N
C
E
 
A
F
R
I
C
A
I
N
E
 
 
0 : 0 : 0
21:35:55
Abidjan
22.08.2014
LA FRÉQUENCE DE LA RÉSISTANCE AFRICAINE

 

Afganistan
Par Ahmed Halfaoui
14 mars 2012
Les «spécialistes» du chaos


 

Il y a 11 ans l'Histoire devait recommencer. Georges W. Bush en avait décidé ainsi. L'Afghanistan sera le modèle de l'action étatsunienne et atlantiste de la reconfiguration du monde  (suivront l'Irak et la Libye). Des mois avant, il n'y en avait que pour les talibans et pour les femmes en burqa, sur les télés et dans les journaux. Le 24 septembre 2001, le pape Jean-Paul II reconnaît aux États-Unis le droit à la «légitime défense». Le 7 octobre suivant, l'invasion du pays a commencé, pour ne s'arrêter, selon Donald Rumsfeld, qu'après la destruction des réseaux terroristes. Des années auparavant, c'étaient les Soviétiques qui aidaient le gouvernement afghan à se protéger contre l'insurrection islamiste. En ce temps là, un certain Michael G. Vickers, officier des forces spéciales, était l'un de ceux qui contribuaient activement à armer cette insurrection. On y reviendra. En mars 2012, un cybercafé (avec quinze ordinateurs portables d'occasion) exclusivement réservé aux femmes a pu ouvrir à Kaboul, dans une «rue calme». Aqlima Moradi, une militante de l'ONG  YoungWomen4Change, qui est à l'origine de l'établissement, déclare ceci : «Nous voulions que les femmes n'aient pas peur, nous voulions créer un lieu sûr où les femmes puissent utiliser internet». On peut raisonnablement penser qu'il en a fallu du temps pour si peu et en regard des promesses de l'invasion. Dans le même temps, un soldat de l'ISAF abat 16 Afghans, sans raisons apparentes, et oblige Barak Obama à des excuses : «Je suis profondément attristé par les informations qui font état de la mort de civils afghans. Je présente mes condoléances aux familles et aux êtres chers de ceux qui ont perdu la vie et au peuple d'Afghanistan qui a enduré trop de souffrances et de violences». Et ce n'est pas la première fois qu'il doit s'y mettre. Il faut dire que, malgré les 130 000 éléments de l'OTAN, les talibans sont toujours là et que le fossé de haine qui sépare la population afghane de ses «sauveurs» n'a jamais été aussi large. Faisant fi de cela, Leon Panetta, secrétaire à la Défense, et le général Martin Dempsey pensent que les fondements de la stratégie demeurent «solides». On apprend que l'un des concepteurs de cette stratégie est l'actuel sous-secrétaire à la Défense pour le renseignement, Michael G. Vickers, qui est chargé désormais de la même problématique en Afrique du Nord et dans le Sahel. Au vu des résultats de sa science passée, on est en droit de douter de l'efficacité de ses cogitations. En Afghanistan et en Irak, la sécurité n'a jamais été aussi malmenée et c'est aux «erreurs» stratégiques que l'ont s'attaque pour tenter de corriger le tir. Est-ce pour cela que l'Algérie est mise au centre du dispositif ? Il paraîtrait, en effet, que des «divergences» d'appréciation ont vu le jour. L'arsenal à ciel ouvert que constitue la Libye du CNT et des «révolutionnaires», sera-t-il neutralisé ? Pour le moment, rien ne peut permettre de l'affirmer, mais il faut se méfier, toutefois, de la cuisine des apprentis sorciers bombardés «spécialistes», quand ils traînent derrière eux la réputation de faiseurs de chaos.

Par Ahmed Halfaoui


«

»

Laisser un commentaire

Pour soutenir la VRA
FACEBOOK – FACEBOOK
Mixcloud – Podcast
VIDEO – VIDEO – VIDEO
VIDEO – VIDEO – VIDEO
VIDEO – VIDEO – VIDEO
VIDEO – VIDEO – VIDEO
PARTNERS & SPONSORS